Un monde en vert

Je suis tombée bêtement sur une vidéo ARTE « Les néo-hippies de l’île de Gomera». On a découvert une tumeur au cerveau à une jeune femme, elle avait deux choix : une lourde opération suivie de médicaments à vie ou un changement complet de vie. Elle a décidé de tout quitter, son emploi stressant dans une grande ville, pour aller habiter dans une grotte. Là-bas, avec d’autres hippies, elle mange uniquement des fruits et légumes, et passe son temps à méditer, faire du yoga, de la musique… Elle revient en ville travailler quelques semaines, le temps d’économiser et repart un à deux ans s’exiler. J’ai été bluffée. Je m’intéresse à l’amélioration de ma qualité de vie et j’aimerai t’en parler dans cet article.

Le nouveau jardinage et l’autonomie

Il existe de nombreuses façon de cultiver ses fruits et légumes. J’ai adoré regarder une vidéo sur un très jeune homme qui s’occupe d’une grande partie de son jardin. La vidéo s’appelle « #162 Permaculture et autonomie CET ADO M4A MIS UNE CLAQUE » Il a commencé par faire des échanges de graines avec un site spécialisé. Ses parents lui ont proposé une parcelle pour y faire son potager. Aujourd’hui, il a également son verger et son propre panneau photovoltaïque pour charger son ordinateur portable. Bref, je te laisse découvrir la vidéo si celle-ci t’intéresse. Dans tous les cas, cette façon de s’occuper des plantes est vraiment magnifique.

J’ai aussi vu une vidéo sur un couple qui tente d’être autonome à 100%. La vidéo se nomme  » Ils vivent en autonomie avec 190€ de dépenses fixes mensuelles.  » Une vieille gazinière à bois pour faire chauffer les aliments et l’eau, un recyclage de l’eau, des toilettes sèches… Et cultiver la terre. Ils ont des animaux et souhaiteraient évoluer, agrandir, ils apprennent doucement de leurs erreurs. Et surtout ils commencent à connaître leur terre. Tout ne se cultive pas partout ! Un projet génial, qui fait rêver. Là aussi je te laisse découvrir la vidéo sur ce couple incroyable qui fait tout de leurs quatre mains.

Les éco-village

Du coup, en quête d’un nouveau monde, j’ai trouvé une vidéo, encore, sur un éco-village. Les deux vidéos que j’ai vues parlaient du même éco-village. Ce village a sa propre autonomie. Ils ont leur monnaie, leur « école », leur propre mode de financement, leur propre système finalement. Chacun reçoit un salaire en abeille, la monnaie du village. Leur monnaie est l’abeille. Ce sont des billets et des pièces, ils doivent avoir la même somme en circulation, en abeille, que dans leur coffre en euros ou en or. Beaucoup vivent en dehors du village et ont négocié avec leur propriétaire pour payer le loyer en abeille. Sur les marchés, beaucoup prennent les abeilles également. Comment ont-ils un salaire sans condition ? En comptant sur la communauté. Chacun fait ce qu’il sait faire. Certains réparent, bricolent, d’autres jardinent, font l’école… Parce que oui, les enfants sont déscolarisés. Mais l’éducation nationale vieille au grain.

Une envie de vert ou de se mettre au vert ?

J’ai toujours aimé le jardinage. Dès mes huit ans, j’avais mon propre potager. Avec les salades, radis, carottes… que je vendais à mes parents, j’ai acheté d’autres plants de salades, des pieds de tomates, de nouvelles graines, des outils… Et en arrivant en ville, j’ai cherché un appartement avec balcon. Pour faire mes aromatiques, mes tomates cerise… Aujourd’hui, j’ai un mirabellier, un olivier, un avocatier (poussé par hasard ^^), du thym, romarin, ciboulette, curry, cerfeuil, et j’ai planté cette année un framboisier et deux fraisiers. J’aimerai me tester à faire pousser un citronnier moi-même et pour l’année prochaine faire des radis, des carottes, un pied de haricot beurre, un pied de pomme de terre si j’ai une pomme de terre germé, et des replanter des poireaux (système infini parait-il).

En fait, je me rends compte que j’ai besoin de vert, de m’arrêter. J’aimerai moins consommer. Avoir moins. Bien sûr, c’est facile à dire. Et je me rends bien compte que lorsque l’on souhaite adopter, il faut être dans le système et le suivre à la lettre. Mais qui n’a jamais rêvé de se lever avec le soleil et de vivre plus posément ? Qui n’a jamais rêvé de faire le tour du monde dans un van ?

Je pense que le monde change, se réveille… Est ce que ce n’est pas cela d’être un guerrier pacifique, aussi ? On parle d’écologie à tout bout de champs. Et pourtant, l’homme lui-même voudrait ralentir. On le voit bien : le nombre de burn-out, de dépression, de tumeur augmente. Beaucoup de personnes se lancent dans l’entreprenariat, et j’y ai aussi pensé. Combien d’entreprises s’écroulent ? Pour ma part, et je crois que c’est le cas de beaucoup, mes parents, mes grands-parents, m’ont éduqué dans l’idée que le travail, c’est la santé. Qu’il faut être à l’heure, bien faire son travail, être respectueux et tout faire pour grimper les échelons. Et si ce n’était pas ça la vie ? Qu’est-ce que tu en penses, toi, derrière ton écran ?

Si cela t’intéresse, je te donne le lien de mon article sur le potager.

Vous aimerez aussi...

4 réponses

  1. 1 avril 2021

    […] tomber le masque… J’ai l’impression que tout le monde dort. Moi je veux un monde nouveau, un monde en vert. Mets moi un petit message, un like, un partage si toi aussi tu es réveillé ! Réveillons-nous, […]

  2. 27 août 2021

    […] chaîne Youtube : Permaculture, agroécologie etc. Je pense que pour notre nouveau monde, le monde de demain, nous en aurons bien […]

  3. 12 avril 2022

    […] Car je connais, et peut-être toi aussi, l’importance de la visualisation. Si nous voulons un autre monde, il faut déjà l’imaginer. Or, le monde décrit par Sylvain Didelot est un futur envisageable. […]

  4. 27 juillet 2022

    […] Car je connais, et peut-être toi aussi, l’importance de la visualisation. Si nous voulons un autre monde, il faut déjà l’imaginer. Or, le monde décrit par Sylvain Didelot est un futur envisageable. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

%d blogueurs aiment cette page :