S’entraîner à écrire : par la lecture

Depuis quelques articles, nous nous penchons sur l’autobiographie pour ceux qui ont envie de raconter leur histoire. Je t’invite à lire mon article de présentation, ainsi que mes articles sur pour quoi écrire son autobiographie, le matériel, l’environnement, écrire qui et pour qui Cet article est un peu plus général car il va concerner toutes les personnes désirant écrire finalement.

L’écriture est un muscle, je peux te l’affirmer. Jamais je n’ai réussi à écrire un livre entier, avant de passer à une auto-formation, un entraînement et des recherches / notes bien ciblées. Si tu veux exploiter au maximum ton cerveau, autant le droit que le gauche, autant ta mémoire que ton style, il va falloir passer à l’étape 2 : l’entraînement. Mets tes gants, on va s’échauffer !

Ecrire, c’est d’abord lire

Au-delà de lire des autobiographies pour ce représenter ce qu’est une autobiographie, ton cerveau doit voir divers styles, divers points de vue, divers exemples, pour copier, s’approprier, réinventer. Prend l’exemple d’une maison, chaque bâtisseur prend une maison en modèle pour la refaire à l’identique ou pour prendre une technique de fondation. Toi aussi, il va falloir que tu saisisses l’importance des fondations, de ciment, de l’esthétique de ton œuvre.

Lecture : s’isoler et lire

Comme pour l’écriture, il va falloir prendre ce temps pour toi, ce moment avec toi-même, pour débuter le travail. Tu peux prendre un carnet, un crayon, des marques page, peu importe, pour noter ce qui te semble important ou te fier à ton instinct et ta mémoire. Bien sûr, le plus simple sera de choisir des autobiographies qui t’intéresse un minimum mais essai de te diversifier. Tout le monde écrit sur lui-même : un sportif, une comédienne, une caissière, un président, une meneuse de revue… Tu peux prendre des livres qui sont plutôt des journaux intimes ou des témoignages pour changer un peu.

Analyse le point de vue, la façon de dévoiler ses sentiments, le temps utilisé et les différentes manières d’organiser un texte avec ses lenteurs, ses flashs back, ses descriptions. Attention à tout de même t’intéresser à l’histoire, mais de temps en temps, quand tu refermes le livre, quand tu arrives à la fin d’un chapitre, observe et analyse. Il a commencé de tel façon, l’histoire est revenue sur un élément du passé, il y a eu une longue description… Trouves-tu cela judicieux ? Aurais-tu fait autrement ?

Lire, comprendre et imaginer

Lorsque j’écris, je vois la scène et mon stylo glisse sur le papier. S’il n’y a pas assez de matière, le cerveau ne se représente pas la scène et l’encre ne coule plus. Il faut utiliser l’évocation des sens, la description (phrase longue), l’action (phrase courte, verbe d’action) et l’émotion. Finalement, l’auteur essai de rendre compte d’une scène et le lecteur interprète à sa façon, selon les indications plus ou moins précises de l’auteur.

Si je te demande de lire, c’est pour analyser : ce qui sera important en tant qu’auteur (les indices que je te glisse dans ce livre) mais aussi en tant que lecteur (ce que tu aimes, ce qui te perturbes). Analyse tes réactions ; pourquoi refermes-tu ce livre après deux pages ? Comment ce livre t’a tenu en haleine ? Chez ce comédien, la sincérité t’a ému a quel moment ? Quelle évocation t’a mis en colère ? Pourquoi as-tu passé cette description ? Tu lis, comprends, imagine et ressens une émotion : le suspens t’envahi, la surprise te fait lever un sourcil. Tu veux être auteur, c’est ce que tu vas devoir générer.

Cartographie, bibliographie

Si tu énonces des œuvres littéraires, voilà ce que tu devras faire pour ton lecteur : une bibliographie. Celle-ci est régie par une norme typographique. Aussi voici les œuvres citées précédemment ainsi que quelques ajouts ; ceux-ci sont des conseils de lectures :

Je peux te conseiller deux sites qui permettent de générer automatiquement une bibliographie :

Théâtre : interpréter l’écrit

Je te conseille vivement d’aller voir une ou plusieurs pièces de théâtre et encore plus si tu l’as vu avant. Car voilà on y est. Nous parlions d’imaginaire et bien voici une œuvre lu par une personne qui te livre sa vision. Imagine les acteurs sans indications scéniques, sans décor, déclament les scripts de façon monocorde : c’est ce qu’il se passe dans la tête d’un lecteur si ton œuvre n’est qu’une description chirurgicale. Vois maintenant, la passion, le cri de surprise, l’homme hurlant de colère, rouge à s’éclater les poumons, les cheveux hirsutes et le corps moite. A toi de jouer également. Pour écrire, il arrive que l’on se repasse une scène plusieurs fois avec différentes intensités parce que cela parait surjoué ou trop inerte. Tu vas décrire quelque chose que tu as vécu, ce devrait être d’autant plus simple.

Alors quels sont les livres que tu vas lire ? Qui choisis-tu pour t’inspirer ? Vas-tu aller au théâtre ? Dis nous tout !

Si tu aimes avoir un support papier ou si tu veux en savoir plus sur l’écriture de ton autobiographie, c’est possible ! J’ai écrit un livre Comment écrire son autobiographie : Le Livre de ta Vie. Il est disponible sur Amazon en format papier ou ebook. Pour tout achat du livre papier, je t’offre l’ebook. C’est facile, il faut juste m’envoyer un mail avec la preuve d’achat. Et si tu ne souhaites pas passer par Amazon, n’hésites pas à m’envoyer un mail : amiauteur@gmail.com.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

%d blogueurs aiment cette page :