L’orthographe, une matrice ?

Faut-il faire un zéro faute pour bien écrire ? Faut-il être un surdoué de l’orthographe pour se faire lire ? Je dis non. J’ai longtemps été complexé par mes fautes. Petite, j’en faisais plusieurs par lignes. Ma famille me faisait faire de nombreuses dictées mais l’orthographe ne rentrait pas, les différentes règles de grammaire non plus… Et puis j’ai lu. Beaucoup, tellement. Et mon cerveau a automatiquement gardé en tête l’écriture des mots. Aujourd’hui en tant qu’auteur, je me fustige souvent de faire encore des fautes… Et pourtant !

Choisir le fond plutôt que l’orthographe

Alors là, je vais m’énerver et dire quelque chose de simple : n’est ce pas le fond le plus important ? On lit pour apprendre, pour découvrir et non pour vérifier si la personne est un bon élève en Français. Imagine une personne qui est un puit de savoir, qui connaît immensément de chose et qui… ne peut rien partager parce qu’il est une bille en orthographe. Alors tant pis ? Non, je pense que l’intérêt de tous est bien de lire un contenu, pas de traquer la moindre faute de frappe ou de grammaire. Voyons plus loin, tout de même.

Un complexe a dépasser

J’ai longtemps été complexé par mes petites fautes d’orthographe, au point de faire vérifier beaucoup de mes écrits (pour l’école, pour le travail…) avant d’envoyer à un professeur, un responsable… De ce fait, écrire un roman me terrorisait. Et pourtant, j’avais cette envie d’écrire tellement forte. J’ai écrit des lettres, des nouvelles, des poèmes, des tas de débuts de romans… J’avais toujours la voix de ma maman ou de ma grand-mère qui résonnait : « Tes fautes, Marine ! » ou encore « Mais relis-toi, bon sang ! ». Oui, je déteste me relire. D’où quelques erreurs d’inattention, en plus des fautes d’orthographe.

Ecrire, c’est l’objectif

Alors j’ai passé ce cap en écrivant mon premier roman Les gens c’est pire que des personnes et en le faisant lire et relire par de multiples personnes. Ce n’était pas leur métier, et puis il y a toujours quelques petites fautes qui passent au travers… Bref, même après les différentes corrections, j’ai un jour vendu un livre à une connaissance. Après quelques temps, elle m’a indiqué n’avoir pas réussi à lire mon roman… Il y avait quelques fautes et cela l’indisposait tellement qu’elle n’avait pas su aller plus loin. Cela m’a fortement blessé. Pas la personne, mais puisque j’avais ce complexe, je n’arrivais pas à m’en remettre. Enfin, depuis deux ans, ma belle-sœur me corrige de façon professionnelle. Mais je tenais à faire cet article pour que d’autres ne lâche rien… Et écrivent !

Tu peux évidement essayer de t’améliorer, toujours. C’est toujours plus attractif et professionnel, mais je pense qu’il faut avant tout penser à la finalité : faire passer son message. Pour travailler là-dessus, j’avais écrit un article sur un MOOC sur l’orthographe. Tu pourras trouver des chaînes Youtube, des Moocs et des applis facilement.

Pour conclure cet article, je t’invite à aller voir ce TedX sur La Faute de l’orthographe, qui parle de ce sujet. Cela m’a ouvert les yeux ! Ces deux hommes, Arnaud Hoedt et Jérôme Piron, ont fait de la linguistique et reviennent sur le son de mots… et du coup sur l’importance de l’orthographe. Dis-moi ce que tu en penses en commentaire, sur la vidéo mais aussi sur le sujet ! Es-tu une bête en orthographe ? Cela te dérange-t-il pour lire ? Ou es-tu comme moi, complexée par les petites fautes par ci, par là ?

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

%d blogueurs aiment cette page :