Interviewée par Emélie de Sartiges

Je vous propose aujourd’hui une retranscription de la vidéo ci-dessous.

[Emélie de Sartiges] : « Bonjour et bienvenue, c’est Emélie de Sartiges, d’Eveil et souveraineté et je vous invite à découvrir la chaîne de TOUTVABIENMARINE, Marine qui a ouvert une chaîne vidéo, qui est très intéressante très prometteuse, très bien ficelé en plus. Et comme j’ai l’habitude d’être transparente alors je vous dis la vérité on avait déjà fait une interview et j’ai oublié de l’enregistrer voilà donc on est en prise 2. Marine a eu la gentillesse de dire « Pas de problème, on recommence. » Parce qu’il y en a qui m’aurait dit « Ecoute ça suffit. » Alors encore merci. »

[Marine] : « Bonjour à tout le monde ! »

[Emélie de Sartiges] : « Alors Marine je vais te laisser te présenter. »

[Marine] : « Donc voilà, bonjour, je m’appelle Marine, j’ai 30 ans et je me suis inscrite à la formation de Émelie pour devenir guérisseur spirituel. Et aujourd’hui, je lance ma chaîne YouTube, comme Émelie vient de le dire donc, pour apprendre à aller mieux, à être bien dans son corps. Et cette chaîne a pour vocation d’apprendre ensemble, de se guérir ensemble, de faire venir aussi des personnes qui le font. Alors j’ai une amie qui fait de l’hypnose, une amie qui fait du Reiki, des constellations… « 

[Emélie de Sartiges] : « Tu as plein d’amis et en fait ta chaîne, elle est orientée vers le partage, c’est ça ? »

[Marine] : « Vers le partage des connaissances. »

[Emélie de Sartiges] : « Des connaissances, oui c’est ça, ce que tu peux apporter, ce que les autres peuvent

échanger etc. Toi, tu es guérisseuse mais ce n’est pas ton point de départ ? »

[Marine] : « Non, mon point de départ c’est : après un DUT Info-com option métiers du livre, je me suis réorientée vers un secteur où on avait de l’emploi c’est à dire vers la vente. Et ça faisait dix ans que j’étais commercial sédentaire, c’est à dire au téléphone et que je vendais et que je mentais et et je détestais ça ! Et je me demandais tous les jours pourquoi je fais ça et je me levais le matin je me disais pourquoi ? Pourquoi j’y vais ? Bon pour gagner de l’argent et me nourrir mais finalement : est ce que c’est ça qui me plaît ? Non pas du tout. Et avec les énergies actuelles et ce qui évolue aujourd’hui, j’ai dit « on va vers un autre monde donc autant y aller » et j’ai démissionné. Et je me lance dans divers projets et on verra pour ce qui advient aujourd’hui et demain. Au moins, je fais des choses qui me plaisent et puis j’ai le temps de prendre soin de moi.

[Emélie de Sartiges] : « Oui, tu n’es pas morte de faim si j’en crois ce que je vois ! »

[Marine] : « Non ! »

[Emélie de Sartiges] : « Tu es sortie de ta zone de confort et finalement les choses se passent quand même comme il faut et des nouvelles portes s’ouvrent. »

[Marine] : « C’est ça. »

[Emélie de Sartiges] : « Donc je vais préciser la raison pour laquelle j’invite Marine. Je vais redire ce que je dis souvent c’est que, tu as 30 ans, et on a souvent l’habitude de mettre une étiquette sur les gens de ton âge : boîte de nuit, restos, sorties, machin truc… et pas trop, pas trop l’habitude de dire « mais ils en sont où spirituellement ? » ou alors quand on se pose la question c’est pour dire « bon bin, ils font rien, ils suivent etc. Et je trouve très intéressant justement d’avoir quelqu’un qui représente cette tranche d’âge et puis pour qui ce qui se passe au niveau de la spiritualité, de ce changement de monde, est important et même tellement important que tu en as quitté ton travail. « 

[Marine] : « Et je pense qu’on peut dire merci 2020 ! Merci 2020 de nous avoir amené tout ça et de nous avoir réveillé et éveillé à nous même, et d’avoir cette possibilité d’ouvrir les yeux. D’ouvrir les yeux sur le monde, de voir le monde autrement et de voir comme il est beau et de se relier aujourd’hui. On a des portes qui se ferment (on va dire ça) après, je vais être transparente aussi : je n’ai pas testé, je n’ai pas essayé de rentrer dans un bar ou dans un restaurant. On m’a dit que je ne pouvais plus et bien pas de problème. Donc aujourd’hui ça m’a permis de rencontrer : dans les manifestations, sur des groupes télégramme par exemple, d’autres personnes qui sont beaucoup plus ouverte qui agissent avec le cœur. Les manifestations ça m’a permis de comprendre ce que c’était un gaz lacrymogène. Maintenant je sais. On apprend tous les jours. Mais c’était pas pour casser, c’était pour marcher librement dans la rue avec tout le monde et ça m’a permis de discuter avec d’autres gens, qui n’avaient pas du tout le même âge, qui ne venait pas du tout des mêmes horizons, de se regrouper. Et aujourd’hui il faut vraiment lancer le message d’espoir à tout le monde : d’où le fait que aujourd’hui on peut faire ce qu’on veut ! On est libre ! C’est pas parce que quelqu’un nous dit « restez enfermé chez vous » et « ne sortez plus » qu’il faut le faire. On continue de se voir. Avec les enfants de nos amis on fait des boums. Alors je ne sais pas si c’est les enfants ou les adultes qui s’amusent le plus… mais ça nous permet de nous voir, d’échanger. »

[Emélie de Sartiges] : « Vous faites vos propres restaurant, si j’ai bien compris ? aussi vos propres réunions, restaurants /auberges espagnoles. »

[Marine] : « Oui, pique nique quand il faisait beau oui. Et puis ça nous a permis aussi de faire venir par exemple Nikita Gouëzel, un réalisateur qui a fait des films lui-mêmes comme « Guérisseurs du monde » ou « Kerterre ». Et il est venu nous présenter son film, on a pu échanger avec lui à une projection en avant première. J’allais au cinéma quatre fois par semaine avant donc c’est quelque chose qui devrait me manquer. Finalement en fermant ces lieux pendant un mois et demi ou enfin je ne sais plus combien c’était en 2020, on nous a empêché d’aller dans des endroits et après on nous a dit « allez maintenant vous pouvez tous y retourner » et bien, non, finalement on n’a plus envie. On a envie de se connecter aux autres. »

[Emélie de Sartiges] : « Oui et puis ce que tu as dit c’est quand même intéressant, c’est que tu n’aurais jamais rencontrés ce réalisateur là peut-être, s’il n’y avait pas eu cette situation particulière qu’on vit depuis le début 2020. En fait ça a complètement changé nos horizons. »

[Marine] : « Oui et on ne regarde plus du tout les mêmes choses, c’est vrai. Dans une de tes vidéos, tu disais qu’il fallait faire aussi attention à ce que l’on regardait. Et je pense que tout le monde enfin qu’il y a beaucoup de personnes, j’entends beaucoup de personnes me dire « je n’arrive plus à regarder des films violents. Et tout à fait, on est dans ces énergies là. On parlait de personnes qui d’un coup se mettent à la peinture, qui se mettent à écrire et à dessiner… »

[Emélie de Sartiges] : « A la créativité… »

[Marine] : « Oui et « j’ai envie de jardiner », « j’ai envie de sortir plus dans la nature plutôt que d’aller m’enfermer dans un restaurant où il ne faut pas bouger ou il ne faut pas parler pas trop fort non plus… »

[Emélie de Sartiges] : « Donc en fait ce que tu décris c’est une reconnexion à la vraie énergie, à notre vraie énergie en fait : l’énergie, le partage avec les autres et notre propre énergie à nous, notre ancrage à nous. C’est ce que tu es en train de décrire et c’est ce que… C’est pour ça que tu as dit merci 2020 je pense parce que ça nous ramène à une certaine… premièrement authenticité mais aussi à l’énergie dont on a besoin pour recréer un nouveau monde. Tu parlais de créativité justement, de personnes qui ont tout d’un coup envie de faire d’autres choses. J’aimerais bien qu’on parle un petit peu de ton parcours ton parcours, disons spirituel ou, ton parcours avec l’énergie j’aime mieux, un petit peu selon la perception des énergies comment ça s’est développé, depuis quand, etc. »

[Marine] : « Alors je dirais que ça a commencé dans l’enfance, où je ressentais où je voyais des choses qui étaient plutôt invisible. Je pense que beaucoup d’enfants voient dans leur chambre, voient qu’il y a quelqu’un, quelque chose, une ombre… et on leur dit « Non, non, rendors toi, c’est un cauchemar » et puis c’est tout. On nous bride, on nous demande de ne pas réfléchir, de ne pas se poser la question : ça n’existe pas, point. Et aujourd’hui, il faut se reprogrammer, réappprendre, se dire finalement… se poser la question « qu’est ce qui est vrai ? Qu’est ce qui n’est pas vrai ? » Se laisser ressentir les choses pour voir si c’est vrai ou pas, au lieu de croire ce que tout le monde nous a toujours dit, depuis en fait comme beaucoup de personnes et ça c’est très important en tout se développe depuis … »

[Emélie de Sartiges] : « En fait, comme beaucoup de personnes, et ça c’est très important : tout se développe depuis qu’on est tout petit. On né avec énergie, on baigne dedans. Et puis la société s’organise pour nous faire oublier cette réalité là. Et dans ton cas elle t’a rattraper. Ca nous quitte jamais complètement, mais a un moment donné, on accepte. Je pense que c’est ça le vrai terme. »

[Marine] : « On accepte et puis on se rend compte qu’on n’est pas tout seul finalement. Je pense que beaucoup de personnes gardent ça aussi pour elle. Elle ne vont pas en parler parce qu’on va les traité d’illuminé. Justement j’aime bien cette expression illuminé. »

[Emélie de Sartiges] : « C’est la vraie illumination ! »

[Marine] : « On parle de lumière qui s’éveille d’un coup. Et justement, allumons toutes les lumières partout dans le monde ! Et puis on aura ce nouveau monde qui est en train d’émerger. Mais oui, on est des illuminés. J’ai toujours aimé aller vers un arbre bicentenaire, m’allonger sur ses racines et écrire, là au soleil. Il n’y a rien de plus simple, on capte l’énergie… »

[Emélie de Sartiges] : « C’est bien ça, parce que toi tu as ton perroquet. Il est reparti ? »

[Marine] :  » Non il est a côté. »

[Emélie de Sartiges] : « C’est ton ami, ça va devenir l’ami tout le monde à force ! Ton perroquet moi … Je ne pourrais pu voir une de tes vidéos sans le perroquet… Il manquerait quelque chose dans la vidéo, c’est vraiment pas possible ! Mais toi tu as une connexion, pas particulièrement, enfin oui particulière, mais tu as une connexion avec laquelle tu es très à l’aise avec les animaux et avec la nature, les arbres en particulier. Et si j’ai bien compris, et si j’ai bien vu dans tes vidéos, cohabitent chez toi deux êtres qui normalement sont incompatibles : le chat et l’oiseau. »

[Marine] : « C’est ça. »

[Emélie de Sartiges] : « Donc en fait il doit y avoir une énergie, une très bonne énergie de pais chez toi pour que ça ne soit pas la guerre entre ces deux…

[Marine] : « Je passe de la sauge ! (rires) Non, c’est une discussion avec les animaux. J’ai rencontré ma campagne il y a un peu moins de trois ans maintenant, on avait toutes les deux un animal… Eh bien il fallait les faire se rencontrer. Donc moi je suis indissociable de mon perroquet et …

[Emélie de Sartiges] : « Oui, Mojito ! Mojito.

[Marine] : « Et il fallait les faire se rencontrer. On leur a parlé comme à des enfants voilà il y a un perroquet, ou voilà il y a un chat. Et au début, ils ne nous regardaient pas. Ils se tournaient. On sentait déjà que ça allait être compliqué… Et puis un jour, ils nous ont tous les deux écouté. On s’est dit c’est bon, on peut essayer. On les a fait se rencontrer est depuis, en fait, c’est plutôt le perroquet qui est le chef et qui fait partir le chat ! Mais non ils cohabitent très très bien. Comme quoi toutes les espèces peuvent cohabiter, ça se passe très très bien… »

[Emélie de Sartiges] : « Comme quoi quand on parle de si nous redevenons des êtres souverains, l’humain est foncièrement bon, les animaux sont foncièrement bons aussi, et que en réalité tout ça n’est qu’une croyance à laquelle on adhère et le jour où on décide de ne plus croire à ça : la paix s’installe. »

[Marine] : « C’est ça exactement. C’est comme, voilà, moi je n’aimais pas trop les chats au début… Mais je me suis rendu compte aussi de leur pouvoir, de leur façon de…

[Emélie de Sartiges] : « Ils sont médiums les chats. »

[Marine] :  » Et c’est dingue comme ils peuvent nous soigner aussi : se poser sur nous, ronronner et dès qu’on a un petit bobo, quelque chose : on voit que le chat va se mettre sur nous, nous regarder. S’il est fatigué, c’est surtout parce que lui il prend nos mauvaises énergies et les transmute. Et autant j’ai mon binôme pour les vidéos avec le perroquet, autant pour tout ce qui est énergie ça va vraiment être le chat qui va m’aider et être mon binôme…

[Emélie de Sartiges] : « Et donc ton parcours à toi ça t’a amené à un moment donné à la guérison et ce que je trouve important, c’est que, tu l’as dit, ta formation est une formation littéraire. Et beaucoup de gens pensent que pour faire de la guérison on pense tout de suite : guérison, médecine, ça va être compliqué, c’est une science etc. C’est pas ça du tout. Je trouve ça intéressant : toi tu as un parcours non scientifique. Parce que ça peut quelque part parlé à des gens qui se mettent une barrière en disant « oui mais tout ça c’est de la science ». Je me suis dit, il fut un temps où la médecine n’était pas une science, et toi qui es littéraire, tu dois connaître ça, c’était un art.

[Marine] : « C’est ça. »

[Emélie de Sartiges] : « Donc tu en es arrivé à la guérison et si je me souviens bien tu as fait des expériences avec les animaux. C’était vraiment un intérêt, ton focus c’était vraiment sur… ça a été une de tes premières questions « est ce que je peux soigner les animaux ? »

[Marine] : « Oui, c’est ça. »

[Emélie de Sartiges] : « Je me suis dit : waouh c’est bien ça ! Parce que c’est vrai, on pense toujours à soigner l’humain mais on peut soigner toute la terre. On peut soigner les plantes, on peut soigner les cultures, on peut soigner les animaux… Je veux dire : tout n’étant qu’énergie… voilà, donc toi tu réussis bien aussi avec les animaux ? »

[Marine] : « Avec les animaux… et là j’essaye de me former à la communication animale parce que c’est quelque chose que j’ai découvert avec les nouvelles énergies. Et c’est vraiment quelque chose… Je pense que les animaux ont beaucoup à nous apporter parce que… Ils ne sont pas là par hasard. Ils sont aussi là pour nous aider, pour nous mettre sur la voie… Dans la communication animale, on parle de… Pour parler à un animal il faut d’abord notre question, il faut la changer en une image ou un goût et ça fait partie de la visualisation. Et c’est vraiment quelque chose qu’on a oublié, qu’on utilise plus. Par exemple, quand on lit un livre on s’imagine un personnage, on visualise le personnage, ce qu’il fait. »

[Emélie de Sartiges] : « Oui… »

[Marine] : « Mais dès qu’on nous parle de visualisation, de méditation… Il y a des personnes qui se ferme alors que c’est quelque chose qui est inné chez nous, qui est inné chez lui. Un enfant, tu lui demandes un dessin, et il te fait un dessin : il fait son lapin, son arc en ciel et il n’y a aucun problème. Il visualise tout de suite. »

[Emélie de Sartiges] : « Oui. »

[Marine] :  » C’est quelque chose qu’il faut reprendre en main et se réapproprier tout simplement. »

[Emélie de Sartiges] : « Il faut d’autant plus le reprendre en main, c’est que : on a quand même un gros truc à imaginer actuellement : c’est le monde dans lequel on veut vivre. Il faut qu’on commence à le peupler de nos énergies, de nos images… Parce que une image est une vibration…

[Marine] : « Oui. »

[Emélie de Sartiges] : « Donc justement, je vais te faire une demande : puisque tu parlais de visualisation, puisque tu fais des vidéos. Alors on va préciser un petit peu ce que tu fais comme vidéo. Tu fais des vidéos où effectivement, courte, et c’est très bien parce que c’est vraiment le spot utile, tu fais un focus sur une chose. J’espère que tu vas nous en faire une sur la visualisation. Et ça va permettre aux gens de comprendre, qu’ils visualisent déjà. Enfin j’ai l’impression que tu as tous les outils pour leur expliquer ça. Avec tes mots, et avec Mojito.

[Marine] : « Mais oui c’est simple de visualiser. Il va falloir, vraiment, visualiser ce qu’on veut. Pas visualiser ce qu’on ne veut plus ! C’est ce qu’on veut.

[Emélie de Sartiges] : « Oui. »

[Marine] : « Vraiment. Focaliser sur ce qu’on veut demain comme monde. Dans quel monde on veut vivre, avec qui, comment, pourquoi. Se poser la question, se recentrer sur soi, sur ce qu’on vibre, ce qu’on ressent dans le cœur. Et vraiment avancer vers ça et non vers des choses… dans le matérialiste et futile. »

[Emélie de Sartiges] : « Qu’est ce que tu dirais toi de ces gens qui pensent que : il faut en tout premier s’occuper des autres… parce qu’il ne faut pas être égoïste. On a tous été éduqués avec ce truc là l’égoïsme : il faut penser aux autres d’abord, il faut s’oublier enfin tu connais la chanson.

[Marine] : « Dans un avion, on dit toujours à une maman la première chose que vous faites c’est vous mettre le masque à vous si l’avion se crache. On sait. C’est exactement ce qu’il faut faire dans la vie aujourd’hui on manque de de se recentrer sur soi, de voir qui on est vraiment, qu’est ce qu’on aime faire… Et à partir de là on peut avancer, faire ce qu’on aime. Je disais illuminé, on est des illuminés. Oui, c’est en étant nous même qu’on va réussir à ce que les autres se disent : « Oh, mais Marine elle va bien… » et là, peut-être que les gens vont se réveiller. J’aime pas trop ce terme non plus. Mais c’est à partir de là. Ca va pas être en les secouant en disant « Non c’est pas bon, faut pas prendre la soupe ».

[Emélie de Sartiges] : « Justement ce que tu touches… c’est intéressant parce qu’on est en train de se contredire en fait. Le fait de devenir guérisseur… parce que guérisseur on s’occupe des autres… Je ne sais pas comment tu le ressens. Moi, je sais comment je le ressens mais… Est-ce qu’on s’occupe juste des autres ? Ou est ce que on s’occupe aussi de nous quand on fait une guérison ? Ton expérience c’est quoi ?

[Marine] : « Mon expérience… tu parlais aussi du fait de perdre notre énergie quand on soigne quelqu’un : non, pas du tout.

[Emélie de Sartiges] : « Pas du tout, non. Parce qu’on on est à canal. »

[Marine] : « C’est ça et puis finalement le fait de faire un soin, c’est un moment où on forcément… on ne se met pas dans du bruit, on se mets presque dans un état… »

[Emélie de Sartiges] : « Un état méditatif. Proche. »

[Marine] : « Voilà c’est ce que j’allais dire. Moi je sors d’un soin, je suis apaisée. C’est comme si j’avais fait une méditation donc c’est vraiment je dirais… même pas un échange d’énergie mais c’est… harmoniser les chakras, redynamiser peut-être même l’énergie qui est dans la personne donc ce n’est pas du tout perdre de l’énergie.

[Emélie de Sartiges] : « Oui et en plus comme on est dans l’échange, quelque part, on recharge notre propre énergie aussi. C’est à dire qu’on laisse circuler librement. Comme tu dis, on est dans un état méditatif, ou à peu près. Donc en fait ce sont les états dans lesquels notre énergie circulent librement et s’harmonisent. »

[Marine] : « C’est ça. »

[Emélie de Sartiges] : « On parlait justement toutes les deux de ce qui est important de changer sur nos modes de vie parce qu’on parlait vraiment beaucoup de… on revient vers la simplicité, on revient vers l’authenticité, on revient vers le partage et c’est ça toi… Est ce que tu as des clés à donner à ce niveau là ? Des choses qui justement, qui en plus représentent le monde vers lequel on s’en va ? »

[Marine] : « En 1, je dirais : c’est l’alimentation. Moi je pense que c’est vraiment ce qui m’a permis aussi de m’éveiller. C’est le fait de faire attention à ce qu’on boit, à ce qu’on mange. On sait qu’il y a du fluor dans l’eau, on sait que dans certains aliments c’est pas forcément bons. On sent tout de suite quand il y a… »

[Emélie de Sartiges] : « Et voilà on fait du direct… Voilà, Mojito a fait des siennes. »

[Marine] : « C’est ça, il fait des bêtises et le chat vient le chercher, donc, comme je ne peux pas regarder… »

[Emélie de Sartiges] : « C’est vraiment drôle…

[Marine] : « Effectivement donc l’alimentation. Ca faisait dix ans que je prenais des médicaments, qui me rendait malade. Ils me soignaient…

[Emélie de Sartiges] : « Une chose. »

[Marine] : « Une chose… et qui me rendait malade sur d’autres points. Et qui me prenait toute mon énergie, j’avais grossi, je n’arrivais plus du tout à perdre… enfin, même si c’est pas l’important mais : je ne me sentais pas bien dans mon corps. Et en fait, j’ai été voir un vrai médecin qui m’a dit : on peut régler le problème à la base. C’est à dire en changeant d’alimentation.

[Emélie de Sartiges] : « Et oui. »

[Marine] :  » En enlevant le gluten, en enlevant d’autres choses… Je dis pas que tout le monde doit le faire… voilà donc : changer son alimentation. Manger plus de fruits, de légumes… Je ne travaille plus donc… Je vais au marché, je choisis mes fruits et légumes et je cuisine et j’adore ça ! Et ça permet d’avoir une meilleure alimentation, de se sentir mieux dans son temple. Son temple c’est son corps et c’est très très important de… d’abord bien se soigné et enfin quand on cuisine on fait pour toute la famille et c’est là qu’on se guéri et qu’on guéri toute la famille aussi donc.

[Emélie de Sartiges] : « Est ce que tu as la perception que les gens de … on va dire ta génération ou qui ont à peu près ton âge, est ce que tu as l’impression qu’il y a beaucoup de gens qui s’éveille ? Est-ce qu’on a une mauvaise perception ? En fait, c’est ça. En pensant que on a beaucoup de personnes qui ne comprennent pas ce qui est en train d’arriver. Est ce que c’est une fausse perception qu’on a ? Toi, ton entourage, qu’est ce que tu perçois de ça ? »

[Marine] : « Je dirais qu’il y a quand même beaucoup beaucoup plus de femmes oui, on va pas se le cacher… »

[Emélie de Sartiges] :  » Oui, c’est évident. »

[Emélie de Sartiges] : « La nouvelle énergie est féminine. Le patriarcat je pense que c’est en train de bien tomber et les femmes sont en train de reprendre le pouvoir donc. Mais bon le pouvoir c’est un grand mot… »

[Emélie de Sartiges] : « Oui, je suis d’accord, je comprends ce que tu veux dire. »

[Marine] : « Après je pense qu’il y a beaucoup de personnes qui prennent la mesure des choses. Aussi, pour les enfants. Donc oui, des femmes entre 30 et 40 ans et j’espère que ça va être de plus en plus vrai parce que là ça devient quand même assez urgent.

[Emélie de Sartiges] : « Est ce que tu sens qu’il y a un éveil spirituel dans ta génération aussi ou spiritualité est égale à dogmes religieux ? Et c’est pas le cas.

[Marine] : « Je pense que c’est ça aussi qui freine beaucoup ma génération. C’est ça. C’est de se dire Dieu, en tant que… aller à l’église, ou aller à la mosquée, ou peu importe en fait. Le temple n’est pas à l’extérieur, il est à l’intérieur. Et quand on m’a expliqué le fait qu’on était tous dieu… »

[Emélie de Sartiges] : « Tu vas te faire des ennemis, tu vas te faire des ennemis ! »

[Marine] : « Quand on m’a réexpliqué la religion, enfin la religion… »

[Emélie de Sartiges] : « Le lien. Parce que religion : c’est relié. »

[Marine] : « Oui. »

[Emélie de Sartiges] : « Le therme religion : c’est relié et donc le lien effectivement comme tu dis. »

[Marine] : « C’est ça. On a tellement dit voilà Dieu va te punir et je me suis toujours posé la question, toujours dit : mais alors Dieu il veut bien de tout le monde, il dit qu’il faut accepter tout le monde, pardonner à tout le monde et par contre toi si tu as fait une erreur dans ta vie, tu arrives au ciel et on te dit « non, c’est les enfers ».

[Emélie de Sartiges] : « Oui, il y a confusion sur le terme spirituel. »

[Marine] : « Il y a plusieurs, je pense, qu’il y a plusieurs points d’entrée pour que les gens s’aperçoivent qu’il y a un problème. En fait, juste faire percuter qu’il y a un truc qui tourne pas rond sur la planète et là on s’éveille… »

[Emélie de Sartiges] : « Alors là, ils nous ont servi ! »

[Marine] :  » La bien oui. Là si tu comprends pas, là on vient te chercher. Mais l’exemple de ma femme ça a été vraiment l’histoire. C’est : la Mafia. Kha-zar et et tous nous paraît tellement vrai… On le sent, on le sent et on le sent aussi quand c’est faux finalement. Et on s’est posé plein de questions sur l’Histoire, à se dire mais ça je comprends pas comment c’est possible ou comme pour la religion. Et là quand on nous explique à nouveau, quand on nous explique, tout est clair, tout et limpide. Ma femme ça a été l’histoire moi ça a été : « tu te souviens quand tu étais plus jeune… est-ce que tu voyais des choses différentes… Et pareil voilà : l’énergie. On m’a parlé d’énergie, c’est comme ça que j’ai réussi à m’éveiller et après à rechercher, à m’informer sur l’histoire et à tout découvrir et à redécouvrir. Mais je pense… à me redécouvrir.

[Emélie de Sartiges] : « C’est ça… »

[Marine] : « Je crois que le un mois et demi où on a été enfermé, ça nous a vraiment permis de nous recentrer sur nos vies, voir ce qu’on aimait, de voir ce qu’on voulait faire. Et c’est pour ça qu’il y a beaucoup de personnes qui font des reconversions professionnelles ou qui démissionne, qui change totalement leur vie… »

[Emélie de Sartiges] : « Des familles qui font l’école à la maison ? »

[Marine] : « C’est ça. »

[Emélie de Sartiges] : « Donc tu nous donner une clé qui été vraiment un changement au niveau de l’alimentation est ce que tu peux nous donner deux autres clés par exemple. Si tu en as deux autres, deux petits trucs là qui peut faire tilt de : le nouveau monde c’est déjà là. »

[Marine] : « Se reconnecter : utiliser télégramme, utiliser n’importe quel réseau social… »

[Emélie de Sartiges] : « Ca c’est pour les rencontres entre individus. Quand tu dis se reconnecter, on peut se reconnecter aussi à des choses toutes bêtes la nature, les arbres… faire un câlin à un arbre. On peut… j’ai un balcon de 8 mètres carré en appartement : oui, c’est pas grave, on cultive quand même. Il n’y a pas de problème. J’ai un pommier, j’ai un mirabellier, je fais pousser des salades, des petits pois… J’ai un olivier. C’est pas grave pas de place. Juste un rebord de fenêtre avec : romarin, thym, lavande… Qu’on essaye de supprimer, d’interdire aujourd’hui. donc oui je crois qu’on a été amené à cultiver […] Mais justement cette ombre, l’ombre qui nous permet finalement de voir mieux la lumière. Oui c’est ça finalement. »

[Emélie de Sartiges] : « Donc tu nous as donné deux conseils : l’alimentation, se reconnecter… As tu une troisième chose je sais pas… en fait tu nous a parlé de visualisation puis moi c’est quand même un point qui me… c’est tellement tellement tellement important de visualiser, d’imaginer de voilà parce qu’en fait on fait ça tout le temps. »

[Marine] : « Tout le temps, on s’en rend pas compte. C’est important et primordial ouais primordial aujourd’hui de faire très attention à son intuition. »

[Emélie de Sartiges] : « Voilà ça. »

[Marine] :  » Parce que j’ai des personnes qui me disent juste avant j’aurais dû le savoir parce que juste avant j’ai été prévenu par plusieurs signes et j’ai pas voulu écouter, j’ai continué, et s’est passé tel accident et on nous a aujourd’hui il faut vraiment se reconnecter à tout ça aux énergies aux intuitions… »

[Emélie de Sartiges] : « Donc si je comprends bien Marine, tu as beaucoup de travail ! »

[Marine] :  » Oui bah oui… »

[Emélie de Sartiges] : « Pour faire des vidéos, ça va être très intéressant. Tu nous présente justement des personnes qui font qu’ils utilisent différentes techniques soit de guérison soit spirituelle, ça va être très intéressant de d’écouter ça. Ce nouveau monde, il a déjà des choses concrètes : tu parlais d’auberge espagnole, tu parlais de choses comme ça. Et il y a déjà des choses qu’on fait, qui appartiennent à ce nouveau monde. Il est déjà là et avoir un perroquet qui se promènent sur l’épaule… mais je trouve, je vais finir sur ça : ça fait vraiment une image pour moi de nouveau monde parce que tu es vraiment l’image de la communication de… je dirais presque des mondes, des peuples, tu sais dans le sens amérindiens, où les amérindiens disent le peuple des oies, le peuple des loups. Ils les appelle peuple, ils ne les appelle pas animaux Ils les appelle le peuple. Et donc bah quand je te vois avec ton perroquet, c’est comme : il y a deux peuples qui sont là ensemble et qui vivent bien ensemble… »

[Marine] : « Non, mais faut se reconnecter, tout est énergie et on n’est pas plus évolué qu’eux ou moins évoluée qu’eux, on est tous ensemble sur la même planète. Il faut apprendre à… Non pas apprendre à cohabiter, il faut réapprendre ses intuitions, cette communication qu’on avait avec eux avant. Je pense que c’est vraiment réapprendre. »

[Emélie de Sartiges] : « Et si on est beaucoup de femmes, je pense, enfin c’est ma perception, beaucoup de femmes actuellement dans ce changement je pense qu’on est beaucoup, c’est ce que je perçois depuis longtemps de descendance ou de réincarnation de ces sorcières. Il y avait donc cette communication avec la nature, les plantes etc… L’humain. Et aussi puisque c’était souvent des sages-femmes donc avec la vie. Et je pense que beaucoup de femmes sont des… Ce sont des femmes qui s’éveillent, qui sont les guides. En fait ce qui se passe en ce moment : parce qu’il y a énormément de femmes, ce sont, pour beaucoup je dis pas pour toutes, mais ce sont des réincarnations sorcières. C’est merveilleux, on revient là, on n’est pas parti… »

[Marine] : « On nous a pourchassé, on revient quand même ! »

[Emélie de Sartiges] : « On revient par la grande porte en plus. Voilà bah écoute, je te remercie et puis on attend avec joie, avec bonheur, tes nouvelles vidéos et puis j’invite vraiment à aller voir ta chaîne. C’est vrai que quand on commence on a quatre cinq six vidéos c’est pas évident. Mais il faut que tout le monde comprenne tout le monde commence, tout le monde débute et puis déjà ce que tu as fait, tu n’as pas beaucoup de vidéos mais je trouve vraiment que c’est bien ficelé, c’est très agréable à regarder et puis comme je te dis c’est très bien ciblé. C’est vraiment, voilà, donc mais… »

[Marine ] : « C’est gentil. »

[Emélie de Sartiges] :  » Moi je suis sûre que tu vas apporté beaucoup, beaucoup de choses. Tu as un énorme potentiel et que tu vas pouvoir être une pierre vraiment de construction dans ce nouveau monde… »

[Marine] : « Merci beaucoup et j’ai vraiment fait cette chaîne pour apprendre AVEC tout le monde oui c’est vraiment une chaîne ou si vous voulez mettre un commentaire ou envoyer un mail voilà… on partage…

[Emélie de Sartiges] : « C’est l’échange. »

[Marine] : « Voilà c’est vraiment une chaîne… »

[Emélie de Sartiges] : « Des demandes ? Les demandes qu’on peut te faire aussi éventuellement s’il y a des choses on peut demander des choses par exemple Là je t’ai dit ça serait bien que tu fasses la visualisation, faire une chose…

[Marine] :  » J’ai pris note de la commande. »

[Emélie de Sartiges] : « Et tu peux, non mais je veux dire les gens peuvent te demander… tu peux dire bah ça je connais pas encore trop le sujet ou te dire bah oui tiens ça c’est une bonne idée je sais je sais exactement il faut que ce soit ouvert vraiment à cet échange là effectivement. L’écoute… »

[Marine] : « C’est ça, c’est le nouveau monde. »

[Emélie de Sartiges] :  » C’est le nouveau monde. Je t’en remercie puis je te dis à bientôt et puis j’espère que tout le monde, tout le monde va aller voir ce que tu fais ce que tu nous concoctes…

[Marine] : « Merci beaucoup Emelie.

[Emélie de Sartiges] : « Merci bonne fin… Alors je vais souhaiter à tout le monde bonne fin de journée bonne fin de soirée, bonne fin ou bon début je ne sais pas quand ça passera donc voilà ! »

[Marine] : « Merci ! »

[Emélie de Sartiges] : « A la prochaine vidéo ! »

[Marine] : « Bonne journée. »

Merci à Emélie de Sartiges pour cette interview. J’ai suivi sa formation pour devenir Guérisseur spirituel et c’est grâce à elle que je me suis lancée sur Youtube. Après différents entretiens avec Emelie, j’ai apprécié faire cette vidéo et aussi te livrer ma vision du monde aujourd’hui. Comment se relier à notre énergie ? Comment notre vision du monde a évolué ? Bon visionnage à tous. Et merci Emelie 🙏 Namasté

La chaîne d’Emélie de Sartiges

Je te conseille sa vidéo sur la Mafia K

Vous aimerez aussi...

Pas de réponses

  1. 29 mars 2022

    […] Pour la vidéo avec Emelie de Sartiges (et l’article) […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

%d blogueurs aiment cette page :