Autobiographie : Le carnet de notes

Depuis quelques articles, nous nous penchons sur l’autobiographie pour ceux qui ont envie de raconter leur histoire. Je t’invite à lire mon article de présentation, ainsi que mes articles sur pour quoi écrire son autobiographie, le matériel, l’environnement, écrire qui et pour qui … J’ai toujours un tout petit carnet dans mon sac, au cas où me vient une idée. J’ai aussi un carnet pour le boulot, j’aime y noter des phrases causasses, cela fait de bons souvenirs entre collègue. Voilà à quoi un petit carnet de notes pourrait te servir.

Savoir attraper les idées au vol

Comme je le disais, avoir un petit carnet à porter de main peut être utile. Parfois, une situation, un quiproquo est une super idée. Et pour ne pas oublier, quoi de plus naturel que de le noter ? C’est comme cela que naissent les meilleurs idées de films, de livres… On peut aussi envisager de noter les mots inconnus, a chercher plus tard dans le dictionnaire. Ou noter des recherches à faire sur un sujet particulier : un fait divers, un fait historique, un nom connu ou moins connu… Ce sera une base pour un personnage ou une histoire.

Les paroles restent… dans un carnet de notes

Il y a aussi des expressions qui peuvent retenir notre attention. Le livre de Tristana Erato Les gens c’est pire que des personnes, en est un bon exemple. C’était une expression de son arrière-grand-père. Une expression peut-être une marque de fabrique d’un personnage. Comme Sherlock Holmes et son « Élémentaire mon cher Watson. » ou « Cassé. » de Brice de Nice. Nous avons tous en tête une personne de notre famille qui a un tic de langage, une expression qui lui appartient. Cela peut devenir emblématique d’un personnage, c’est ce qui les rend humain. J’aime noter les lapsus, les expressions,

Actions et carnet de notes

Certains quiproquo ne s’inventent pas, c’est en observant que beaucoup d’auteurs puisent leur inspirations. Louis De Funès notait sur des post-it les petites manies des serveurs au restaurant, les mimiques d’un ami, l’obsession d’un passant… Cela donne, comme les tiques de langages, plus d’humanité au personnage. Dans une autobiographie, tu connais déjà les protagonistes, or c’est plus difficile de ce fait de faire apparaitre cette personne au lecteur. En repérant les gestes, sa façon de passer la main dans ses cheveux, son besoin de toujours toucher son dernier bouton de manchette, de tirer sur sa barbichette pour réfléchir…

Nous avons plus de facilité à nous représenter une histoire grâce au détails. C’est ce qui fait que chacun a un point de vue différent, une originalité. Noter ses idées, les petites manies de langage ou de gestes sont les meilleurs façon de rendre un récit vivant. Et toi que prends tu en note n’importe où ?

Si tu aimes avoir un support papier ou si tu veux en savoir plus sur l’écriture de ton autobiographie, c’est possible ! J’ai écrit un livre Comment écrire son autobiographie : Le Livre de ta Vie. Il est disponible sur Amazon en format papier ou ebook. Pour tout achat du livre papier, je t’offre l’ebook. C’est facile, il faut juste m’envoyer un mail avec la preuve d’achat. Et si tu ne souhaites pas passer par Amazon, n’hésites pas à m’envoyer un mail : amiauteur@gmail.com.

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. 8 février 2019

    […] et te donner des indices. Alors pourquoi ne pas s’en aider ? Je te conseille d’avoir le carnet et un stylo près de ton oreiller pour noter la nuit en cas de réveil […]

  2. 25 mai 2020

    […] prendre ce temps pour toi, ce moment avec toi-même, pour débuter le travail. Tu peux prendre un carnet, un crayon, des marques page, peu importe, pour noter ce qui te semble important ou te fier à ton […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

%d blogueurs aiment cette page :